Agriculture biologique - europe Agriculture biologique - France blason HAUSHERR Demeter AVN - Association des vins naturels
Hubert & Heidi HAUSHERR, vignerons indépendants, producteurs de vins de terroirs
en Alsace, à Eguisheim, près de Colmar

Accueil du site > Nos vins > Nos bouchons

Nos bouchons

mardi 10 janvier 2012, par HH

La manière d’obturer la bouteille lors de la mise en bouteille du vin est un choix délicat pour le vigneron.
 il y a quelques décennies cela aurait paru incongru de parler de choix tellement le bouchon en liège tombait sous le sens.

 Mais la création, dans les années 80-90, de vignobles industriels dans différentes régions du globe a eu pour conséquence une demande en bouchon liège si forte que l’offre n’a pas pu suivre.
 La plantation de chênes-lièges ne s’improvise pas en quelques années. Il faut attendre 25 ans avant de pouvoir faire la première "récolte" puis celle-ci ne peut se refaire que tous les 9 à 10 ans.
 Ce marché du bouchage en pleine croissance a intéressé d’autres industries.
 En particulier celle du plastique !
 Si, à notre humble avis, le bouchon plastique est un bouchage adapté au vins industriels...donc de consommation rapide, il ne nous semble pas raisonnable de faire ce choix pour des vins de terroirs et donc de garde.
 l’industrie du métal a développé quant-a-elle le bouchage capsule qui était utilisé depuis de nombreuses années pour les spiritueux et les vins suisses...avec les mêmes avantages et inconvénients que le bouchage plastique.
 L’industrie du verre propose également une alternative qui est, à nos yeux, la plus intéressante et la plus esthétique quoi plus technique que le liège.
 Le grand avantage de l’arrivée de ces différents modes de bouchage est que cela a rééquilibré l’offre et la demande.
 Car pour nous, malgré ces alternatives, le liège a notre préférence.  [1]

 Son utilisation séculaire a fait ses preuves. Et son caractère naturel nous va bien même si cela peut impliquer d’infimes variations d’un bouchon à l’autre, produit organique oblige !
 Variations de l’élasticité, de dureté, d’étanchéité, de résistance au temps.  [2]
 Son contact avec le vin n’est pas neutre non plus, puisqu’il peut lui insuffler le meilleur tout en le préservant d’une oxydation trop rapide jusqu’au pire en lui donnant son défaut : le goût de bouchon !
 Et déjà se lèvent des voix pour dire que cela justifie le choix d’un autre bouchage.
 Hélas trois fois hélas puisque ce goût supposé venir du bouchon existe également dans des vins bouchés sans liège car bien souvent ce nom est donné à tort et à travers à différents défauts dû à une mauvaise qualité du raisin ou à un élevage dans des contenants malpropres.
 A vrai dire, aucun bouchage n’a zéro défaut.
 Le choix dépend du vin et de ce qu’il représente.
 L’industriel choisira une solution technique adaptée à son cahier des charges alors que le vigneron, plus traditionnel et plus proche de la nature optera pour ce qui lui ressemble...entre ces deux mondes il y a une multitudes de raisonnement !
 Nous assumons notre choix !

Notes

[1] -En tous les cas le liège de qualité c’est à dire le liège naturel exclusivement et non le liège technique comme les agglomérés ou autres inventions pour recycler le liège médiocre.

[2] Nous profitons de ce sujet pour préciser aux personnes qui rencontrent des difficultés pour extraire un bouchon qu’il ne faut pas forcer au risque d’arracher le cœur du bouchon.
 Une solution simple consiste à poser la bouteille sur un support stable (éventuellement par-terre) et de taper deux ou trois fois avec le plat de la main sur le tire-bouchon qui est vissé dans le bouchon pour le faire décoller de la paroi. Le problème se règle souvent au bout d’un ou deux essais.
 Ce petit souci est dû à une trop grande adhérence du liège et non à un quelconque défaut de celui-ci.
 Il vaut d’ailleurs mieux une trop grande résistance qu’une facilité excessive qui induit un manque d’étanchéité.
 De même une bouteille stockée dans un lieu trop sec assèche le bouchon qui perd de son herméticité alors qu’un endroit trop humide voit l’apparition de moisissures qui finissent par dégrader le bouchon et communiquer au vin leur goût moisi-terreux.
 Il faut respecter les conditions de garde des vins, la variation importante de température, la lumière et l’humidité influent de toute évidence sur vos précieuses bouteilles.



Hubert et Heidi HAUSHERR - 6b rue Pasteur - 68420 Eguisheim - contact@vinhausherr.fr - Mentions légales - Tél/Fax : 03 89 23 40 67